Ma Confiture de Gigérine.

Part one: La Grande Découverte..

Samedi matin à Buis Les Baronnies, c’est le Marché des Petits Producteurs. Très prisé des touristes en période estivale, il perdure néanmoins tout au long de l’année nous régalant de produits locaux de qualité.

L’ambiance me plaît, les gens sont sympas et authentiques. 

Parmi mes préférés: le miel de Monsieur Ravaute de Plaisians (le crémeux, une tuerie), les olives bio de La Ferme de Venterol à La Roche Sur Le Buis et les étals de fruits et légumes de saison.

Au passage, avant de quitter Buis, je vous conseille la boulangerie Aux Délices Buxoises: tout y est divinement bon, du pain aux pâtisseries, des viennoiseries aux chocolats, sans oublier les glaces. Expérience gustative proche du « pétage de papilles jouissif » avec la tarte Citron aux Mendiants et Caramel.

Dans mon panier du jour, des échalotes parfumées, des olives noires confites et une courge Gigérine. Depuis le temps que j’en cherche!! Les copines m’en parlent depuis 3 ans!

Kezako cette Gigérine? 

On lui connaît de nombreuses appellations: Citre, Méréville (on peut lire « Miriville » sur ma trouvaille), Barbarine, Merahivo (merveille en provençal)…

Tout d’abord, c’est une pastèque et non une courge. Sa couleur verte ainsi que sa forme, ronde ou ovale sont caractéristiques.

Non comestible crue, elle s’avère délicieuse en confiture, en fruit confit…

Sur le gâteau des rois, c’est de la Gigérine confite que l’on utilisait. Ouais!

Tout ça me met l’eau à la bouche: une douceur provençale, ça me dit bien!

Étape 1, trouver mes pots à confiture vides dans le tas de cartons post-déménagement entreposés au garage.

To be continued…

   Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *